Les 7 commandements du TDA(H)

Les 7 commandements du TDA(H)

La patience, ça s’achète ?


Écrit par Rachel Ouellet


Lorsqu’on est parent d’un enfant TDA(H), mieux vaut être tombé dans le chaudron de potion magique de la patience, car il en faudra des tonnes ! En quelques minutes seulement, nous pouvons complètement épuiser nos réserves devant nos enfants hyperactifs, qui oublient les consignes, ou qui s’opposent à tout ce qui se présente sur leurs chemins. Enfants différents sous-entend stratégies parentales différentes. Comment garder son sang-froid, tout en ayant une discipline cohérente et sans blesser l’estime de soi de son enfant ? Vous trouvez ça compliqué ? Vous n’êtes pas seuls.

Il faut premièrement toujours garder en tête, que le TDAH est une différence neurologique à la base, et non des problèmes de comportement. Si la vie devient difficile, oui des difficultés comportementales peuvent s’installer, comme pour tout autre enfant. Mais pour intervenir correctement et répondant aux besoins du diagnostic, il faut se souvenir que le cerveau TDA(H) vient avec de l’impulsivité, de l’hyperactivité et un manque de concentration. Ce sont les ingrédients d’un cocktail complexe, rendant bien souvent difficile de discipliner son enfant. Il faudra beaucoup de persévérance, de cohérence et de patience, pour comprendre comment aider votre enfant à gérer ces comportements inappropriés, et à apprendre à développer un contrôle de soi. Mais ça se fait !


Les 7 commandements d’un encadrement TDA(H) efficace


Donnez des consignes courtes, simples et claires

Tout d’abord, nous savons que les personnes atteintes de TDAH manquent souvent d’attention, ce qui entraîne des oublies ici et là. C’est tout à fait normal pour ces enfants. Il faut donc s’assurer de donner des consignes efficaces. Si vous dites, « ramasse les trucs qui traînent dans ta chambre », la consigne est beaucoup trop vague. Quels trucs ? Connaissant nos cocos TDAH, il est fort possible qu’il y ait des dizaines et des dizaines de trucs qui traînent. Il faut donc prendre le temps de vous approcher de votre enfant et capter son attention. Donner votre consigne de façon très claire et précise. Et lui faire répéter celle-ci. Pas le choix: le trouble d’attention oblige. Ce conseil simple à mettre en place, élimine bien des possibilités de conflit qui eux, vous feront perdre bien du temps, de la patience et de l’énergie !


Connectez-vous avec votre enfant

Il est extrêmement important de passer du temps de qualité en individuel avec votre enfant. Un enfant TDAH entend tellement de commentaires négatifs tout au long de sa journée, souvent pour des choses qui échappent à son contrôle. Ces enfants sont beaucoup plus punis ou encadrés que les autres enfants, dans tous leurs milieux de vie. Manquant de patience, nous pouvons finir par oublier de passer du bon temps avec eux.

Trouvez du temps pour créer des liens avec votre enfant, sans distraction. Choisissez ces moments pour qu’ils soient gagnants. Ces activités ensemble sont essentielles au bien-être de votre enfant, et pour nourrir votre amour parental. Ils doivent savoir qu’ils sont aimés, soutenus et qu’ils ont de la valeur. Plus le lien est fort, plus vous pourrez avancer ensemble malgré les difficultés.


Louangez l’effort

Un enfant TDAH est susceptible d’entendre 20 critiques négatives pour une seule félicitation. Ces messages négatifs sont souvent intériorisés par l’enfant et son estime de soi peut être considérablement affectée à court et à long terme. En plus, sentant que votre lien est fragile, souvent inconsciemment, votre enfant testera celui-ci par toutes sortes de comportements. Vous faisant encore plus vous arracher les cheveux.

À chaque bon coup, à chaque moment où il collabore, à chaque sourire, renforcez positivement ces moments, est une intervention parentale essentielle. « Merci mon amour d’avoir rangé la vaisselle. J’ai aimé jouer avec toi au jeu. Bravo, tu as pensé à accrocher ton manteau ». Toutes les occasions sont bonnes. Il suffit de dire vos impressions du moment et nommer votre amour, d’une façon tendre et sincère. Lorsque mon plus jeune s’oppose ou se plaint de tout, je lui dis « tu peux continuer à argumenter, mais tu devras faire ce que je te demande de toute façon, que ce soit tout de suite ou plus tard. Mais même quand tu te transformes en Hulk bougon, je t’aime pareil ! » Ça renforce ma demande et ça le déstabilise. Je n’entre pas dans son jeu d’argumentation et je lui fais comprendre que je suis là malgré la situation. Il est possible de donner de l’amour même quand nous vivons des situations difficiles. Je crois d’ailleurs que c’est dans ces situations, qu’il faut en donner le plus! Car il est important que votre enfant sache qu’il a le droit d’être imparfait, et d’apprendre de ses erreurs.


Ne pas transformer les félicitations en réprimandes

Malheureusement, de nombreux comportements TDAH sont frustrants, répétés et souvent ennuyeux pour les autres. Alors quand votre enfant fait finalement la bonne chose, nous leur disons des commentaires négatifs malgré leur bon coup. « Eh bien, tu n’argumentes pas comme d’habitude ?! Bon, pour une fois que tu n’oublies pas. Tu as rangé ta chambre ! Wow, c’est différent que de voir ton bordel habituel ! »

Comment avoir le goût de refaire des efforts et faire plaisir si nous recevons le pot au lieu des fleurs ?! Ce genre de commentaires peut uniquement faire en sorte que ce sera la première et la dernière fois que votre enfant tentera de vous faire plaisir. Vous vous demandez pourquoi il devrait être félicité pour avoir fait ce qu’il était censé faire ? Mais n’oubliez pas que suivre la routine et faire les petites choses du quotidien, est difficile pour un enfant TDAH. Si pour une fois, il pense à ramasser ses bas sales au lieu de les laisser traîner, il faut voir cela comme une petite victoire pour toutes les fois où vous lui avez donné la consigne de le faire. Et une félicitation a deux fois plus de chances d’être retenue par l’enfant, qu’une critique qu’il entend continuellement. Il sera plus susceptible d’essayer de répéter ce bon coup !

Et bien souvent, la vérité est que ces enfants sont souvent très désireux de plaire et veulent faire la bonne chose. Mais pour y arriver, cela leur demande tellement plus d’effort que les autres. Prenez le temps quelques fois pour encourager leurs efforts.


Utilisez les conséquences naturelles et logiques

Une conséquence est différente d’une punition. Au fond, la punition vise à « faire souffrir » un enfant pour son mauvais comportement, tandis qu’une conséquence offre une chance d’apprendre de ce comportement. Les conséquences naturelles sont ce qui se produit naturellement, de cause à effet. Par exemple, si un enfant refuse de manger, il aura faim. Un mélange de conséquences naturelles et logiques fonctionne mieux pour discipliner un enfant TDAH, car il y a une composante d’apprentissage et pas simplement une punition.

Par exemple, votre enfant gigote tellement sur sa chaise en mangeant, qu’il salit tout autour de lui. Restez zen ! À la fin du repas, montrez-lui à passer le balai et laver sa chaise. À force de ramasser, il comprendra l’importance de faire attention en plus d’avoir appris à passer le balai. Un double avantage dans cette intervention parentale. Il ne veut pas faire sa chambre. Pas de panique ! Expliquez-lui calmement qu’il doit faire le ménage de sa chambre avant d’avoir sa période de jeu vidéo. C’est lui qui décide s’il la veut ou non. Plus vite il le fait, plus vite il y aura droit. Simple comme bonjour. Mais s’il ne veut pas sa période de jeu, ce n’est pas un problème non plus. 😉 Je ne sais pas pour vous, mais chez moi, les jeux vidéo me permettent de faire faire tellement de chose à mes fils. C’est une très bonne monnaie d’échange !


Choisissez vos batailles : les petits détails n’en valent pas toujours la peine

Certains jours, on a l’impression que nous pourrions littéralement corriger le comportement de son enfant à toutes les minutes. Mais ça fait partie du TDAH. Étant « cyclique », il y a des bonnes journées, et d’autres plus difficiles.

Particulièrement dans ces journées, il faut accepter de ne pas tout corriger et de ne pas intervenir sur tout. Votre enfant sentira la tension et ça empirera. De votre côté, vous serez à bout.  Il est important de ne pas être hypercritique et de laisser aller quelques fois. Pour la bonne santé mentale de tous. Il n’endure personne, et ne s’endure pas lui-même ? Qu’il s’évade devant la télévision peut devenir nécessaire parfois. Même si nous voudrions être les meilleurs parents du monde, et faire pleins de belles activités stimulantes avec nos enfants, notre coco TDAH n’est peut-être pas dans le bon état. Ses bas traînent dans la salle de bain. Ramassez-les, juste pour aujourd’hui. Demain est une autre journée. Car si ça fait déjà dix fois que vous intervenez pour ses oublies, que vous êtes à cran tous les deux, c’est le temps de laisser aller !


Vos émotions vous appartiennent et les siennes sont à lui

Je sais comment les comportements de nos cocos TDAH peuvent être frustrants et grugeants. Ce qui apporte naturellement beaucoup d’émotions.

Cependant, nous devons le plus possible rester calmes et contrôler nos propres émotions lorsque nous disciplinons ces enfants. Car sinon, il y aura une tempête encore plus grosse. Vous pouvez même vous éloigner un temps pour respirer un peu et réfléchir aux actions que vous aurez à faire. Mieux vaut intervenir plus tard que de mal intervenir tout de suite.

Parfois, il faut nommer les vraies choses. Dire à notre enfant ce que nous ressentons est légitime, si nous ne transformons pas cela en critique. « Désolez, mais je n’ai plus de patience. Laisse-moi une pause svp, parce que c’est certain que je vais finir par me mettre en colère. Je n’ai aucun problème à t’aider et d’être là pour toi. Mais quand tu m’accuses pour des choses qui t’appartienne, ça m’enlève complètement le goût de t’aider. » Votre enfant doit comprendre ce qu’il vous fait vivre. Que vous n’êtes pas un ange divin à toute épreuve. Et que comme tout être humain, vous ferez des bons coups, et des erreurs. Et que parfois, comme lui, même vous endurer vous-même peut être difficile. S’il fait exprès de mettre le feu aux poudres, c’est lui qui cherche le problème. Tout se dit, si nous trouvons la façon polie et honnête de le dire. Et ayant un feedback clair de vos ressentis, votre enfant pourra mieux s’y ajuster. Car soyons réalistes, ce ne sont pas les enfants TDAH qui sont normalement les plus empathiques. Mais à faire ce genre de commentaire, il pourra apprendre à l’être davantage.


Alors voilà les fameux commandements TDAH à garder en tête. Plus vous les intégrerez, plus vous serez cohérents dans votre approche, plus vos enfants apprendront de vous. Et n’oubliez pas de vous pardonner aussi, lorsque vous n’êtes pas complètement parfaits. Comme j’ai déjà dit, nous sommes parents, mais humains. Et demain est un autre jour pour se reprendre !

Et au besoin, venez faire un tour au centre Hapax. Parfois un coup de main permet de mieux se relever.