Petite réflexion pour notre enfant TDAH : Partie2

Petite réflexion pour notre enfant TDAH : Partie2

Petite réflexion pour notre enfant TDAH : Partie2

Voici la suite d’une réflexion pour nous rappeler certaines stratégies gagnantes qui nous aident avec nos cocos qui ont un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité.

  • Les oublis il faut pardonner. Avoir un enfant TDA(H) sous-entend qu’oublier sera un verbe fréquemment utilisé. Vous achetez cinq pairs de gants pour l’automne !? D’ici la fin de la saison il vous reviendra deux ou trois gants de couleurs et de grandeurs différentes et cela, si vous êtes chanceux! « Où est ta tuque? Euh… je ne sais pas. Ton devoir de mathématique? Bien voyons! J’étais certain de l’avoir mis dans mon sac ! » Si en tant que parent vous sonnez l’alarme rouge à chaque oublie, ce sera régulièrement code rouge à la maison. Les difficultés d’attention est le premier critère du trouble du défit de l’attention. C’est l’élément qu’ils ont tous en commun. Punir constamment ne sert à rien. Il faut plutôt user de stratégies alternatives comme par exemple de coudre les mitaines au manteau pour les petits, ou demander de mettre tous les documents et devoirs pour la maison dans le même cartable. Et chers parents, ne vous sentez pas coupables de vous réapprovisionner dans les objets trouvés. Après tout, c’est grâce à vous que l’école a une si belle collection!

 

  • Lorsque l’agitation prend le contrôle. L’agitation n’est pas selon moi un comportement. Dans le sens que l’enfant ne se dit pas « tient… je vais bouger, regarder partout, faire des bruits de bouche et toucher à tout juste parce que ça me tente ». L’agitation est un résultat du TDAH. Elle arrive lorsque l’enfant est anxieux, fatigué ou lorsqu’il a dépensé toute son énergie à se contrôler pendant la journée. Je vois les capacités de contrôle de l’enfant un peu comme un élastique qui peut s’étirer jusqu’à un certain point, et arrivé au maximum de tension il se brise. Il n’y a rien que vous pourriez dire qui fera en sorte de ramener le calme dans leur corps et leur esprit. Un trop plein d’agitation n’est pas un signe que l’enfant à trop d’énergie, mais plutôt un signe de fatigue et de surcharge. Quoi faire alors? J’offre à mes garçons de prendre un temps dans leur chambre. Où ils peuvent faire leurs comportements dérangeants sans « déranger tout le monde ». Le seul objectif est de prendre un temps pour se calmer : ce n’est pas une punition! Le bain aide aussi. Un bain le dimanche à 14h, pourquoi pas? Avec de la mousse et des jouets pour être dans leur bulle et coupé des stimuli et de nos exigences. Une fois sorties, ils sont redevenus zens et réceptifs. Ils aiment jouer dehors, qu’il en soit ainsi. Cela dit, les miens ont tendance à avoir des comportements un peu gênants devant les voisins lorsqu’ils sont dans cet état. Je préfère les gérer à l’intérieur. Je vais plutôt les inciter à aller dehors dans la journée avant qu’ils soient trop agités, et cela aidera positivement pour la gestion en soirée. Répétez vingt fois de se calmer à l’enfant ne fait qu’ajouter aux surcharges et amplifie les comportements. Pourquoi pas un massage ou des pressions profondes dans un endroit tamisé?

Deux enfants TDAH égale deux fois plus d’excitation. Mes garçons décident souvent d’être survoltés en même temps. Ils sont fusionnels dans leur agitation. Au lieu de les punir, je les oblige à jouer chacun de leur côté pendant un temps. Ne voyant pas l’autre, il semble que leur lien fusionnel disparaisse. Il faut savoir que l’agitation arrive souvent lorsque la pilule ne fait plus effet pour les enfants médicamentés. Il y a une demi-heure d’agitation presque inévitable vers l’heure du souper, lorsque celle-ci « punch out » de sa journée de travail. Une fois la tempête passée, ils redeviennent souvent disponibles et agréables. Pour terminer, il y a un dicton à la maison que mes fils connaissent très bien. « Les p’tits gars excités se couchent de bonne heure! » À l’âge où ils sont rendus, ils comprennent très bien qu’ils sont mieux de se ressaisir s’ils veulent que je ne leur coupe pas une demi-heure de leur soirée. Ils choisissent alors de prendre un moyen de retour au calme pour mettre leur chance de leur côté. Et c’est drôle, parce que souvent ils choisissent la douche. Et voilà une partie de la routine du soir de « clairée »!

Voici aujourd’hui pour mon partage d’expériences et de trucs accumulés avec mes adorables fils. En espérant qu’ils vous soient utiles. Il y en aura d’autres dans les semaines ! Restez à l’affut. 😉