L’art de ne pas écouter

L’art de ne pas écouter

L’art de ne pas écouter
Share on Pinterest
Share with your friends










Submit

Comment faire pour que les gens ne viennent pas se confier à nous

Écouter l’autre semble quelque chose de facile et la plupart des gens se diront « à l’écoute des autres ». Cela dit pourtant, vraiment écouter est tout un défi à réaliser. La plupart du temps, nous interprétons à notre façon ce que l’autre dit. Ou pire encore, nous rapportons la conversation sur nous-même ou changeons de sujet. Écouter est difficile car ça demande de l’énergie et une grande acceptation des différences de l’autre.

Entendre les mots est relativement facile. Ce qui est plus compliqué est de ne pas y mettre de jugement ou se dire que nous, nous aurions fait différemment. Il peut être difficile de ne pas prendre les choses personnellement ou encore, de freiner notre besoin vital de dire à l’autre quoi faire. Pour écouter, il faut ne pas constamment finir la phrase de l’autre. Parler sans écouter est l’équivalent d’un simple échange « de Ping Pong verbal » qui enterre le silence. Mais on peut juste parler et faire un monologue chacun notre tour si c’est comme ça qu’on souhaite communiquer. Ou bien écouter vraiment et découvrir qui est la personne devant nous.

Pour apprendre à réellement écouter, il faut reconnaitre les comportements de la « non-écoute » :

  • Regarder ailleurs, comme si on était distrait(e) ou souhaitait faire autre chose
  • Faire autre chose, en disant « oui, oui, je t’écoute »
  • Prendre toute la place dans la conversation
  • Interrompre l’autre ou finir ses phrases
  • Ridiculiser ou banaliser les paroles de l’autre
  • Vouloir changer de sujet pour quelque chose qui nous intéresse davantage
  • Démontrer notre désintérêt ou notre irritabilité
  • Blâmer ou moraliser l’autre
  • Ne poser aucune question pour tenter comprendre plus en profondeur ce que l’autre nous dit
  • Rester fermé(e) à la discussion en se disant que c’est nous qui avons raison
  • Préparer sa réplique pendant que l’autre parle

 

Bref, nous pourrions parler longtemps de l’art de ne pas écouter car c’est relativement facile à faire. Réellement écouter est plus complexe et demande beaucoup de pratique. Écouter c’est laisser tomber ce qui nous préoccupe pour donner son entière attention à l’autre. C’est laisser l’autre diriger la conversation. Écouter ce n’est pas chercher à répliquer, mais plutôt accompagner l’autre afin qu’il trouve ses propres réponses. Pour que la personne puisse par cet échange analyser sa situation et faire le ménage de ses idées.

Écouter c’est accueillir l’autre avec respect dans ce qu’il est. C’est être ouvert sans juger avec ses opinions et ses comportements. C’est surtout laisser à l’autre le temps et l’espace pour qu’il puisse s’ouvrir pleinement dans la confiance. Ce n’est donc pas vouloir que l’autre soit comme nous et pense comme nous. C’est plutôt apprendre à découvrir l’univers de l’autre. Cela demande que notre propre égo se taise un moment pour donner ce temps à l’autre. Et finalement écouter permet une réelle connexion humaine. C’est un cadeau pour l’autre, mais aussi pour soi. Et pour ceux que ça inquiète, écouter l’autre n’oblige pas à être en parfait accord avec ce qu’il dit. Bien écouter pourra plutôt vous aider à votre tour, soit de bien formuler ce que vous avez à dire, tenant compte de la perception de l’autre que vous avez pris le temps d’entendre.